l Jeremy Kapone & Spinozaеxil l

Et chaque matin que je me leve
Et me penche sur toi,
Une goutte de rosee a tes levres,
Un rayon au bout de tes doigts.
J'arrive a lire dans tes reves,
Tu penses pareil que moi,
Un exil, un exil loin, loin de la ...
Et je le jure sur le soleil,
Qui se leve au dessus des toits,
Qu'on s'en ira, qu'on s'en ira,
Loin de la, oui, crois-moi .

Oh, mon Egerie,
Quittons ce bitume qui nous rend gris,
Nous abrutit et salit nos plumes.
Oh, toutes ces prairies,
Si pres d'ou je viens, si loin dont je suis.
Si loin d'ou je suis, si pres d'ou je viens.

Et chaque soir que je m'endors
Et te serre contre moi,
J'observe les courbes de ton corps
Me rappelant les dunes d'autrefois.
Peu a peu tes songes s'evaporent,
Et tu penses pareil que moi,
Un exil , un exil, loin ,loin de la .
Et je le jure sur les etoiles
Qui brillent au dessus des toits,
qu'on s'en ira , qu'on s'en ira
Loin de la oui crois moi ...

Oh, mon Egerie,
Quittons ce bitume qui nous rend gris,
Nous abrutit et salit nos plumes.
Oh, toutes ces prairies,
Si pres d'ou je viens, si loin dont je suis.
Si loin d'ou je suis, si pres d'ou je viens.

Et chaque matin que je me leve
Et me penche sur toi
Une goutte de rosee a tes levres,
Un rayon au bout de tes doigts.
J'arrive a lire dans tes reves
Et tu penses pareil que moi.