La ChicaneSodôme et Val-d'Or

J'viens de m'taper dix-huit automniferes
L'ame aux aboies devant l'hivernite
Dans cette ville helas-vegas du nord
Ou les neons maquillent les neant
Troisieme avenue a deux dimensions
Le vent s'enfarge dans les façade postiches
Des deux cotes d'la rue, les murs sont a l'affiche
Dans cette ville ou tout propos l'exil
L'ennui circule au abords du Metro
Je deambule devant le Casino
Dans cette ville, helas-vegas du nord
Ou le temps dense et circulaire
Laisse place au jeux suicidaires
L'adolescence adossee au billard
Belle et rebelle pose le regard
Sur la parade des gros chars
Val-d'Or, Val-d'Or, je chanterai
Tes vices qui s'evertuent
Dans les chambres de tes commerces
Je murirai tes pertes, recolterai tes defaites
Faux val, fauve plateau
Lentement s'avance le convoi funebre
Sous une averse de peaux de lievre
Sur les branches des arbres passageres
Sont accrochees les canettes de biere
Un ecolo capote sur le capot d'un char
Empanache et grimaçant la mort
Le defile en fausses notes s'effiloche
Et la fanfare patauge dans la slush
Je m'enfouirais dans la neige jusqu'a Siscoe
Me ferai defossoyeur d'or, dechercheur d'iles sans tresor
Et j'enfouirai dans la fosse aux desirs
Tes debauches passees et ton present delire
Un Algonquin sort de l'hotel
Dans ses yeux une etincelle "Bonjour chez-vous!", chante la chorale
C'est l'Festival de l'orignal
Sur quatre roues l'esprit de la fete
Helas, helas, elle a perdu l'nord
Dans cette ville ou tout propos l'exil
Et tous ces sherifs dans cette ville
Maintenant l'indien dans son exil